partage d’effluves humaines

​Partager est une des plus belle chose que nous puissions vivre.
Notre devoir premier est-il vraiment d’aller voter ?
D’un point de vue sociétale, sûrement.

Convaincue qu’humainement, notre devoir est de partager. Tangente impérative dans l’équation de l’épanouissement de Soi. L’expérience est un secret bien gardé et pourtant elle est la map-monde de notre vie. Itinéraire que Siri ne peut pas nous dicter. Partager, une nécessité salvatrice pour Soi, pour l’Autre.
J’ai beaucoup parlé et maintenant je vous emmerde avec mes écrits. Partage d’éfluves humaines afin de tendre vers une humanité toujours plus simple.

Être qui pense trop, j’aime penser,
Être qui rêvasse trop, j’aime rêvasser,
Être qui aime trop, je ne serais jamais assez amoureuse,
Être qui partage le Temps d’une vie.

Qu’importe, il n’est pas de demi-mesure au fait qu’un de mes récits, concernant ma propre map-monde puisse apporter à l’Autre, ne serait-ce qu’une seule fois.

Après tout, ne serais-je pas ma propre fossoyeuse si je ne m’appliquais pas mes propres valeurs ?!

Être grain de sable qui fait des vagues à l’âme.
Être électron libre qui impulse le courant.
Être investigatrice d’acte désinteressé qui bouscule.
Être élément agitateur de curiosité.
Être spectatrice d’un équilibre naissant.

Enfin, constater le sourire arborer des visages. Partager, vecteur de bonheur. Bonté et gentillesse n’ont pas de raison d’être sans partager. Me dépouiller, pour m’enrichir. Au détriment des valeurs monétaires, inquantifiable fait que d’entretenir la richesse de nos âmes.

JUlie
30.01.18