enquête d’objectivité

Pleinement consciente, du fait,  que les réponses au Pourquoi n’appartiennent pas à mon Temps.
Convaincue, du fait, que réside la compréhension de l’infiniment grand,
dans l’étude de l’infiniment petit. Et partant du postulat que chaque humain constitue un Univers. J’œuvre pas à pas, à mon échelle, rythme, de vie, humaine, vers une compréhension plus développée de nos Êtres.

À force ou faiblesse, ayant pour condition sine qua none, l’objectivité requise à toute étude. Complexité à son paroxysme, quand le système étudié par l’observateur ne peut être extérieur. Complexité qui me rappelle à une science, celle de la cosmologie, pour laquelle l’observateur fait aussi partie du système étudié… l’Univers.

À partir de ceci, puis-je déterminer que la subjectivité de mes émotions biaise l’objectivité de mon raisonnement ?

Portant à croire que l’objectivité s’obtient par l’appréciation totale de tous les éléments de réponses. Ignorer la tangente subjective relative aux émotions m’appartenant, reviendrait à omettre un des éléments fondamental de mon raisonnement vers la compréhension de mon sujet, Humain.

L’étude de toutes les sciences, pour l’obtention de connaissances passées, présentes et futures et d’une manière omnisciente afin d’obtenir, ma vérité subjectivement objective en toute simplicité.

Exploratrice moderne dont la seule motivation est de mieux comprendre le monde qui m’entoure.

JUlie
14.8.18
crédit: daplt
livre L’Univers quantique par Brian Cox & Jeff Fershaw aux éditions EKHO