le temps d’une révolution

2K18 à présent,
coulis dans mes veines,
gravée dans mon adn,
éclosion d’Être.

Aux travers d’une année,
mon passé s’est recomposé.
Temps de conclusions,
pour une vie de tergiversations.
Typhons lunaire et soleil de plomb,
quantique qui m’entête,
mécanique céleste dans ma tempête.

Bleu, vert. Electron libre, prise Terre.

La ville défile à l’allure Indy,
au carrefour des ellipses de ma vie.
Chavirant aux tournants de mes vagues à l’âme,
l’instant présent parfois écorche,
torrent lazuli sur mon écorce.

Libération d’Être jusqu’a en oublier le malêtre.

Ma chaloupe à d’Autant le vent en poupe,
la houle souffle un vent d’abandon,
quand derrière les portes de l’illusion,
se trouvent l’Atlantide de mes convictions.

Confidence d’un coeur en trance,
l’effort s’efforce de naitre que force.

Diapason d’apprentissage à l’horizon sage.
Réfléchir ne serait sans agir,
valeurs couleurs incarnation.
Écrire ne serait sans vivre,
coeur d’une partition.

Pandémonium d’émotions,
place à la composition.
Sonate d’une âme heureuse,
amoureuse d’une Toulouse, nébuleuse.

Courant positif
une vie plus à l’Ouest.
Libre de penser,
libre de ce que l’on pourrait en penser.

Lysergie d’une nuit,
quand au solstice d’hiver,
le crépuscule de ma vie s’enfuit,
laissant place à l’aube natale,
d’une année boréale.

Mise en orbite au satellite de mes envies,
une révolution s’est faite avec des astres plein la tête.

JUlie
30.12.18