regards indiscrets

daplt

Toulouse quand je t’épis, Toulouse je suis éprise.
Quand à la nuit tombée, tu me fais flâner.
je t’aime à en désirer parcourir toutes tes ruelles,
qui inspirent mes dédales sensoriels,
dans l’expression d’une poésie charnelle.
D’Est en Ouest, de haut en bas, et vice versa.
Toulouse tu m’obsèdes à en devenir obscène,
quand dans la nuit je te photographie,
à temps pour l’instant présent, qui déjà s’enfuit.

JUlie
26.12.18